Bon ça va peut être vous choquer et faire un peu toxico, mais l’anesthésie générale c’est quand même terrible. ça dure 4 secondes et demi mais le moment où tu te sens partir, il est franchement tripant.

Après, psychologiquement c’est plus compliqué, particulièrement quand tu sais que c’est pour sortir avec un morceau en moins. C’est con parce que tu as bien conscience que c’est ça qui va te guérir, mais moi je l’ai vraiment ressenti comme une amputation.
Et puis ça a des conséquences.

Avec mon Gajal, on n’a pas de projet d’enfant. Lui n’en a jamais voulu, et moi je ne me vois pas me remettre dans les couches pleines de caca et les nuits blanches.

Il n’empêche qu’il y a une différence entre ne pas vouloir et ne pas pouvoir.

Et comme par enchantement, c’est à ce moment là que Junior réclame un petit frère, qu’une personne sur deux que tu croise à moins de 6 mois , qu’un tiers des utérus que tu connais, encore apte à le faire, t’annonce une gestation et que partout où tu vas, des Prenatal ou Natalys poussent comme des champignons. Enfin, tout conspire à te faire faire penser à ça, voire à revenir sur tes positions, alors que ce n’est plus possible.

Pour être honnête, ces derniers mois, j’ai eu envie d’exploser au napalm tout ce qui se promenait dans une poussette.