D’ailleurs les premières semaines je ne l’ai dit à personne, un peu comme un maladie honteuse.
En fait le cancer de la chatte on n’en parle pas facilement.
Alors oui, ça ne se voit pas. Tu peux même dire que tu prends des vacances, personne ne verra rien.

Puis vient un moment où ça devient pesant, ou l’anodine question « ça va ? » fait figure de provocation. Pas envie de faire semblant, mais pas envie de faire pitié, le choix n’est pas évident. Bon, il se trouve que je suis globalement entourée de gens censées et intelligents (à part quelques uns) donc mon coming-out s’est relativement bien passé.

Je ne pense pas être quelqu’un qui s’apitoie sur son sort facilement et heureusement parce que je suis plutôt dans la catégorie des gens qui, quoi qu’il arrive, ont toujours une grosse merde qui leur tombe sur la tronche au moment où celle d’avant venait de s’arranger.
C’est le karma ma pauv’ Lucette, on n’y peut rien. Alors il faut faire avec, même si tu as un peu de mal lorsque l’on te remet une brochure « perruques et foulards, collection automne-hiver 2010 ».

Et puis surtout j’ai un petit bonhomme formidable et ça c’est qu'il y a de plus important.

Il serait complètement illusoire de penser que l’on peut cacher des choses importantes aux enfants. Les gamins, ils sont équipés d’un radar à emmerdes et tu auras beau faire ce que tu veux, si quelque chose ne va pas, ils le sentent. Évidement, un môme c’est fourbe, alors n’imagine pas qu’il va te prendre la main et te demander ce qui ne va pas, non, il se mettra à pisser au lit ou à mordre sa maîtresse. Pour l’avoir expérimenté une fois, je ne tenais pas à réitérer l’expérience.

Bien entendu, l’idée n’est pas de le faire flipper , mais de lui annoncer l’air de rien, entre le Kiri et la Danette, que tu es un peu malade et tu risques d’être fatigué un petit moment. Pour le mien pas d’inquiétude puisque sa réaction a été de me demander qui allait lui préparer son goûter pendant cette période.
Et c’est quand même rassurant que ses préoccupations s’arrêtent à ce niveau là.